Carlsen conserve son titre !

karjakin-carlsen_2016
photo Maria Yassakova

Le Championnat du Monde s’est conclu par un départage en quatre parties rapides.

Dans la 1ère partie Karjakin avec les blancs n’obtient pas grand chose et la nulle est conclue rapidement.

Dans la 2e Carlsen joue une partie brillante, surclasse largement son adversaire et prend un avantage matériel décisif. Il a aussi une bonne avance au temps, et connaissant sa technique on attend tous qu’il conclue facilement. Mais il commet plusieurs erreurs, se précipite au lieu d’être patient et gâche son avantage : nulle !

Après un tel fiasco, qui rappelle les parties 3 et 4 du match, ça parait difficile pour Carlsen de ne pas être trop affecté et de rester à son meilleur niveau.

Lire la suite

8e partie du Championnat du Monde

Voici deux moments marquants de la victoire de Karjakin : le zeitnot à l’approche du 40e coup et les derniers coups avant l’abandon de Carlsen.

On peut apprécier les commentaires instructifs de Judith Polgar et Nepo, et essayer de pardonner le 3e larron qui coupe la parole des spécialistes et se passionne pour les évaluations en pourcentage de l’ordinateur.

Maintenant il reste seulement quatre parties à Magnus Carlsen pour essayer d’égaliser…

A suivre sur le site officiel du Championnat du Monde

La dernière interview de Mark Dvoretsky

Photo Vladimir Barsky

Mark Dvoretsky (1947-2016) était à mon avis le meilleur auteur de livres d’échecs au monde, et sûrement aussi le meilleur entraîneur.

C’est l’auteur qui m’a le mieux fait avancer quand je courais après le titre de MI, et je relis régulièrement ses bouquins. J’en recommande plusieurs sur ma page Lectures.

En plus d’être un grand professionnel c’était aussi quelqu’un de bien, de généreux, qui apprenait à ses élèves bien plus que le jeu d’échecs.

Voici sa dernière interview, par l’excellent Sagar Shah sur le site de chessbase, en trois parties :

Partie 1

Partie 2

Partie 3

Nepo remporte le Mémorial Tal avec brio

Ian Nepomniachtchi est un joueur atypique dont j’aime bien suivre les parties car il joue plus vite que les autres. Grâce à ça il pousse souvent ses adversaires à la faute.

Il vient de remporter le Mémorial Tal, à Moscou, en faisant bon usage de son excellent sens tactique.

Voyez plutôt :

Nepomniachtchi,I (2740) – Kramnik,V (2808)
Mémorial Tal, Moscou 2016nepo-kra_38b

Les blancs jouent et gagnent.

Difficulté 5 sur 5

Voir la solution

Journée de formation à Fontenay-le-Comte

fontenayComme l’an dernier la journée de formation de samedi au club de Fontenay-le-Comte s’est faite dans une très bonne ambiance.

Surtout le concours de résolution d’études, les stagiaires se sont bien pris au jeu !

La simultanée a été plus difficile que prévu, j’ai eu chaud sur deux parties et je peux m’estimer heureux de lâcher seulement une nulle sur les 13 parties.

simul_fontenay_2016

Kramnik et le jeu dynamique

En 2000, quand Kramnik a pris le titre mondial à Kasparov, son style était technique et sans risque. Avec les blancs il cherchait à obtenir un léger avantage positionnel, et ensuite il accroissait patiemment cet avantage, en jouant avec une précision irréprochable.

Mais Kramnik ne s’est pas endormi sur ses lauriers : à partir de la fin des années 2000 il a profondément modifié son style de jeu. Aujourd’hui je le considère comme le joueur le plus dynamique du top 10 mondial. Il est à l’affut de tout sacrifice positionnel ! Dans les positions déséquilibrées qu’il obtient son intuition stratégique fait des ravages.

Un extrait de la 2e ronde des Olympiades :

Atabayev,Y (2453) – Kramnik,V (2808)
Olympiades de Bakou 2016

ata-kra_35nLes noirs jouent et gagnent.

Difficulté 2 sur 5

Voir la solution